Diabètes et stress, les techniques de méditation et relaxation

La santé est le résultat d’un équilibre subtil, il faut plusieurs ingrédients pour la stabiliser et la maintenir sur la durée.

Vous ne serez pas surpris de lire que les états de stress et de tensions, surtout répétés, impactent négativement notre santé, mais savez-vous comment ?

Par ailleurs, vivre avec un diabète provoque des inquiétudes et du stress au quotidien. Il y a donc un réel risque de tomber dans une spirale où le stress aggrave le diabète, ce qui rajoute du stress, et ainsi de suite…

Regardons ensemble les stratégies, et soutiens qui peuvent vous aider au quotidien pour lisser votre glycémie, garder votre énergie, et soutenir vos efforts sur la durée en facilitant ce changement.

Emma Simpson

Un impact direct sur la glycémie

Nos systèmes hormonaux sont tous connectés : lorsque l’un est fortement mobilisé, il y a des répercussions sur tous les autres, car notre organisme est en perpétuelle adaptation face aux sollicitations auxquelles il doit faire face. C’est une situation complexe qui met en jeu tous les systèmes de régulation et de défense de notre organisme.

Même si les mécanismes précis n’ont pas encore été complètement décortiqués, on sait déjà plusieurs choses importantes.

En cas de stress, nos glandes surrénales qui nous permettent de réagir aux menaces sécrètent des hormones du stress (adrénaline, noradrénaline, cortisol) qui vont provoquer la libération de glucose dans le sang. C’est un mécanisme normal d’adaptation, car en cas de danger, il faut être capable de partir en courant ou de se battre : notre corps libère massivement du carburant (le glucose) dans notre sang.

La glycémie est donc directement liée aux « coups de stress ». Les diabétiques prenant des doses d’insuline gagneront à intégrer dans leur routine quotidienne une technique ou pratique de détente, permettant d’équilibrer le système nerveux en profondeur.

Ils auront ainsi une courbe de glycémie bien plus régulière et facile à vivre au quotidien.

Et comme nous sommes différents, le fait de renseigner le tableau d’auto-surveillance glycémique est précieux. Les évènements vécus, les stress subis, s’ils sont notés, peuvent être mis en perspective avec les fluctuations du taux de glycémie.

Les grignotages en réaction au stress

Une émotion forte, une situation déstabilisante, et sans même que vous vous en rendiez compte, vous êtes déjà en train de chercher un peu de réconfort dans vos placards avec un gâteau, quelque chose de sucré, ou un morceau de fromage.

Est-ce que cela vous arrive ?

Si c’est le cas, sachez que vous n’êtes pas seul(e).

Votre cerveau a pu enregistrer le fait que manger certains aliments générait une sensation de bien-être et de satisfaction. Lorsqu’un nouvel évènement inconfortable survient, le cerveau va alors déclencher une pulsion vers l’aliment réconfort.

C’est ce qu’il a trouvé de mieux pour vous aider à dépasser cet évènement difficile en mettant les émotions douloureuses à distance. Encore un mécanisme d’adaptation qui a pu être bénéfique dans le passé mais qui devient une entrave pouvant mettre à mal les bonnes résolutions, et les nouvelles habitudes saines que vous avez engagées.

Ce « circuit de la récompense », via l’action de la dopamine cérébrale, est donc au cœur de nos schémas mentaux. Il oriente nos actions pour favoriser la satisfaction, et notamment nos comportements alimentaires.

Il est toujours étonnant de constater que le mécanisme d’action est le même, que l’on parle d’une pâtisserie sucrée ou d’une drogue dure. Ce mécanisme pouvant mener aux addictions notamment alimentaires, il est à prendre au sérieux.

Si vous êtes concerné(e), l’intégration régulière de respirations contrôlées (respirations abdominales, cohérence cardiaque, respirations du yoga pranayama…), ou la méditation peuvent énormément aider.

Ces pratiques agissent en profondeur sur notre système nerveux, elles permettent, si elles sont pratiquées de façon suivie, de quitter le mode « pilote automatique ».

Vous remplacez vos réactions automatiques par une liberté de choix, vous laissant la possibilité d’opter pour un comportement plus bénéfique pour vous.

D’autres pratiques sont également très puissantes, ce sont souvent celles qui allient le mouvement à la respiration, et qui soutiennent l’équilibrage énergétique de tout le corps. Pour ne citer que les principaux :

  • Les différents yogas
  • Le Tai Chi
  • Le Qi Gong

Ces approches ont montré une action très profonde sur le système nerveux, et soutiennent la santé de façon globale, aussi bien sur le plan physique, mental, ou émotionnel.

L’importance du sommeil sur le diabète

De mauvaises nuits vont impacter votre glycémie, elles vont jouer sur votre fatigue, et sur l’équilibrage hormonal.

C’est en effet la nuit que tous les processus de réparation et de régulation du corps ont lieu, au niveau physique (récupération, drainage et détoxication), mental (tri des informations de la journée par le cerveau, mémorisation) et émotionnel (digestion du vécu de la journée).

Un sommeil suffisant en quantité, profond et de qualité est un des meilleurs atouts pour votre santé.

Les pratiques de détente sont le socle sur lequel vous pouvez vous appuyer en toute confiance pour l’améliorer s’il n’est pas optimum.

  • Respirations, relaxations, et mouvements de détente
  • Massage des zones réflexes du système nerveux avec un peu d’huile végétale et deux gouttes d’huiles essentielles.

Prenez deux gouttes d’huile essentielle biologique de lavande fine, de petit grain bigarade ou de marjolaine à coquilles, que vous diluez avec une noisette d’huile végétale neutre (sésame, amande douce, argan, olive…).

Massez au choix :

  • la plante des pieds en insistant bien sur l’arche intérieure,
  • le plexus solaire, au centre de l’estomac, sous le diaphragme,
  • les poignets, ou
  • la colonne vertébrale (faites-vous massez par votre conjoint)

Ce sont des points d’entrée privilégiés pour favoriser la détente et le relâchement.

!!!Attention : les huiles essentielles sont des substances puissantes, ne les appliquez jamais sur les yeux ou des muqueuses.

Pour écarter tout risque d’allergie, testez toujours une nouvelle huile ou un nouveau mélange sur l’intérieur du pli du coude. S’il n’y a pas de réaction de rougeur ou de démangeaison dans les 10 minutes, vous pouvez l’utiliser.

Si ces premières solutions ne suffisent pas, n’hésitez pas à consulter un thérapeute pour vous accompagner plus en profondeur, et de façon personnalisée.

Retrouvez votre énergie en agissant sur vos mitochondries

Votre objectif principal est de permettre à vos cellules d’absorber le glucose en circulation afin de fabriquer de l’énergie. C’est le rôle des mitochondries, les centrales énergétiques présentes dans nos cellules.

Plus elles consomment de glucose, plus vous aurez d’énergie, et mieux vous régulerez votre glycémie.

Le problème est que nos mitochondries ont aussi un rôle de défense, et elles vont changer de comportement en fonction des stress vécus par la cellule. Cette dernière a en effet des capteurs qui lui permettent de détecter les changements de son environnement.

Plus vous demandez à votre mitochondrie de se mobiliser en mode défense, plus vous bloquez sa capacité à produire de l’énergie.

La fatigue que vous ressentez est un mécanisme de protection pour préserver le corps.

Voici comment le chercheur Robert Naviaux (https://naviauxlab.ucsd.edu/ ) explique la situation :

« La réponse métabolique à la menace cellulaire vise à protéger l’organisme de tout préjudice. Elle est enclenchée au contact de menaces chimiques, physiques ou biologiques, et de stress qui dépassent la capacité naturelle de régulation de la cellule (homéostasie).

Lorsque la mitochondrie détecte un danger, elle bascule en mode stress puis en mode défense qui bloque la production énergétique. »

Pour retrouver un degré élevé d’énergie, la solution est de diminuer les stress subis par la cellule.

  • La qualité de la lymphe dans laquelle baignent vos cellules est importante. Par l’alimentation végétale entière vous offrez un environnement protecteur, antioxydant, alcalin, libéré d’un maximum de substances toxiques, et c’est déjà un grand pas !
  • La diminution de votre niveau de stress est l’autre clef pour activer le mode énergie. C’est tout le champ de la psychologie mitochondriale. Les états émotionnels sont transmis sous quelques minutes à nos mitochondries.

Retenez une chose : les besoins en insuline diminuent si la mitochondrie est efficace.

Et ces mitochondries concernent tout le corps.

Vous voyez donc que toutes ces approches de détente et de relâchement sont absolument indispensables pour permettre à vos cellules de travailler à produire de l’énergie, et à consommer harmonieusement le glucose circulant.

Testez les différentes approches pour trouver celle qui vous convient, et permettre à votre corps de basculer le plus possible en « peacetime metabolism » 🙂

Vous pouvez écouter une relaxation ici pour commencer .

Ou retrouver le cinquième pilier de la méthode : L’exercice physique adapté au diabète